La psychomotricité pour qui ?

Le bébé ou le jeune enfant

  • présentant un retard dans ses acquisitions posturales (station assise, debout, …) ou motrices (marche, préhension…)
  • dont les parents s’interrogent sur un aspect de son développement ou de son comportement

 

L’enfant

  • qui présente des difficultés en motricité globale : sauts à cloche pied, équilibre, vélo, trottinette, enfant « maladroit », « pataud », qui se cogne souvent, n’est pas à l’aise dans les jeux de parcours, de ballon…
  • qui présente des difficultés en motricité fine : maladresse, difficulté d’attraper de petits objets (couverts, stylos, ciseaux, enfant qui a du mal ou ne s’intéresse que peu au lego, aux puzzles, aux perles…), difficulté d’écriture (tenue de l’outil), de dessin…
  • qui a des difficultés dans les notions d’espace et de temps : repérage (droite/gauche, avant/après par exemple), repérage de l’espace de la feuille (repérer les lignes..), utilisation du vocabulaire approprié, difficultés rythmiques, difficultés dans les jeux de copie de modèles ou de construction (puzzles, cubes, lego..), …
  • qui présente des troubles du comportement : agressivité, opposition, agitation (enfant « remuant », « bougeon » qui a du mal à se concentrer) ou inhibition (enfant réservé, qui a du mal à entrer en contact avec l’adulte ou les autres enfants, qui a du mal à participer à des activités…)
  • qui manque de confiance en lui, qui a peur de ne pas réussir, …
  • qui est « tête en l’air », a des difficultés d’attention et de concentration, qui se montre peu autonome : « on doit être toujours derrière lui »…
  • qui présente une précocité intellectuelle
  • qui présente des troubles de type dyspraxique
  • qui présente des difficultés scolaires (écriture, attention, concentration, comportement…)

 

Toute personne (enfant, adolescent ou adulte)

  • qui présente des troubles de la latéralité, de l’organisation spatiale et/ou temporelle…
  • présentant des troubles tonico-émotionnels (tics, bégaiement…)
  • stressée, déprimée ou rencontrant des difficultés à s'adapter dans sa vie de tous les jours.

 

La personne atteinte d’une pathologie précise

  • handicap moteur, sensoriel, intellectuel, relationnel…

 

La personne âgée

  • Qui présente tout trouble psychomoteur (trouble de l’équilibre, de la marche, syndrome post-chute, perte de l’élan vital, …)
  • qui présente un vieillissement pathologique avec des difficulté d’organisation spatiale, une régression psychomotrice, des états d’agitation, d’angoisse, des démences, des symptômes post-chute, une inhibition, un repli sur soi ou le vécu de la douleur afin de retrouver le plaisir de se mouvoir sans douleur dans son corps
  • qui présente un vieillissement normal car toutes les fonctions psychomotrices vont progressivement se bouleverser.